Aya, une jeune femme ivoirienne d’une trentaine d’années, dit non le jour de son mariage, à la stupeur générale. Émigrée en Chine, elle travaille dans une boutique d’export de thé avec Cai, un Chinois de 45 ans. Aya et Cai tombent amoureux mais leur histoire survivra-t-elle aux tumultes de leurs passés et aux préjugés ?
 

Dire qu’Abderrahmane Sissako est un artiste rare est un euphémisme. Le cinéaste mauritanien se sera fait attendre 10 ans après le magistral Timbuktu, sorti à Cannes en 2014 pour revenir avec Black Tea, présenté à la dernière Berlinale. 

Ce film d’une profonde humanité passe de la Côte d’Ivoire à la Chine en convoquant quelque chose de Won Kar-Wai.
 

« Un film magnifiquement mélancolique, porté par une mise en scène envoûtante. » - L’Obs

Séances

mar 28 mai, 18h30
mer 29 mai, 14h00
dim 02 juin, 20h30
lun 03 juin, 20h45
mar 04 juin, 16h00